enseignement > géosciences > pédologie > chapitre I
1. Le sol : une fraction superficielle terrestre
Le sol correspond à la formation naturelle de la surface continentale—de quelques centimètres pour les sols peu évolués à plusieurs dizaines de mètres pour les sols très développés—située à l’interface entre la lithosphère, l’hydrosphère, l’atmosphère et la biosphère. L’ensemble du compartiment sol est appelé « pédosphère ». Il est composé de constituants solides (la terre), liquides (la solution du sol) et gazeux (l’atmosphère du sol). Le sol est un milieu dynamique, évoluant à travers les dimensions spatiales et temporelle, se formant et évoluant à partir de la transformation de matières minérales (issues du matériau parental) et de matières organiques (issues des organismes vivants) sous l’action de différents facteurs environnementaux. Les sols remplissent de nombreux services pour l’humanité, tel que le support dans la production alimentaire, nécessitant une adéquation entre l’occupation (forestière, agricole, urbaine, etc.) et les propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols afin de limiter toute dégradation aux conséquences parfois irréversibles. La science du sol, appelée « pédologie », vise donc à étudier les constituants, les propriétés et les fonctions des sols, mais également leur développement et leur distribution dans les paysages.

D’après la FAO, le sol est défini comme un corps naturel continu possédant trois dimensions spatiales et une dimension temporelle. Les trois principales caractéristiques qui gouvernent le sol sont : (1) le sol est formé de constituants minéraux et organiques et inclue des phases solide, liquide et gazeuse ; (2) les constituants sont organisés en structures spécifiques du milieu pédologique qui forment l'aspect morphologique de la couverture du sol […] ; (3) le sol est en évolution constante, donnant ainsi une quatrième dimension : le temps (IUSS Working Group WRB, 2015). Cette définition à cependant évoluée à travers le temps et selon l’ouvrage de référence ou le système de classification (Hartemink, 2016). Il faut également considérer l’acteur qui s’intéresse au sol et pour lequel sa définition du sol sera spécifique.